EN FR NL 

Déstratificateur

Problème de la stratification

Le phénomène de stratification est un des facteurs les plus contraignants quand il s’agit de chauffer un local industriel.
Chacun le sait, l’air est plus chaud au plafond ou au faîte d’un grenier.
L’air chaud a naturellement tendance à monter et la chaleur s’échappe en pure perte par les toits.

Ce phénomène de stratification est d’autant plus important que la température extérieure est froide.
Par temps de gel, il n’est pas rare d’obtenir des températures au faîte du toit de l’ordre de 25 à 30 °C alors qu’au niveau du sol, la température est à peine acceptable.

Et l’on imagine dès lors le gouffre financier causé par la fuite des calories vers le toit.

Perte par stratification avec le chauffage par air chaud

Le générateur d'air chaud produit de l'air dont la température élevée l'entraîne inévitablement vers le plafond.

La température de l'air sous le toit est d'autant plus élevée.
La stratification est donc aggravée.

Diminution de la stratification avec le chauffage par rayonnement

  • En rayonnement, le chauffage s’effectue à distance aux moyens de radiants judicieusement disposés sans recourir à l’air ambiant comme vecteur de chaleur : La participation de l’air est passive.
  • En rayonnement, on limite l’échauffement de l’air ambiant et, de là, on diminue sa stratification.
  • En rayonnement, on peut concentrer le chauffage sur les zones d’occupation.
  • La température de rayonnement : Une température de confort de par exemple 18 °C qui sera celle des objets et donc des êtres humains soumis au rayonnement peut fort bien s’accommoder d’une température de local moindre, de l’ordre de 15 °C, le solde de 3 °C étant perçu par la composante de rayonnement: 15°C ambiant + 3°C= 18 °C (T° confort: T° air ambiant + T° rayonnement).

Pour résumer :
Retenons que le chauffage par rayonnement permet un chauffage zonal comme global, en limitant l’échauffement de l’air ambiant et donc sa stratification.